Allocation patrimoniale : répartition/allocation idéale des actifs | ÉDUCAFI

Allocation patrimoniale : répartition/allocation idéale des actifs

0 539

Comment organiser et optimiser votre allocation patrimoniale.


L’allocation d’actifs (ou allocation patrimoniale) représente la répartition de votre patrimoine entre les différentes « familles » d’investissement (principalement les fonds euros en assurance-vie, les actions et l’immobilier). Retenez que l’allocation patrimoniale est un facteur clé de performance de votre patrimoine : vous n’obtiendrez pas le même rendement si vous allouez 100% de votre patrimoine en fonds euros d’assurance-vie, plutôt que 100% en actions.C’est donc très important de se pencher dessus sérieusement.

 

Comment générer de la performance (rendement) ?


Les 2 points essentiels pour générer de la performance :

  • Premièrement, le plus important est d’organiser son allocation patrimoniale en établissant la répartition de son patrimoine. Vous devez adapter votre allocation à vos projets et à vos ambitions, et tenir compte de votre profil psychologique (aversion aux risques). Allocation défensive ? Allocation équilibrée ? Ou allocation dynamique ?
  • Ensuite, une fois votre profil d’investissement défini et votre allocation d’actifs organisée, on optimise. Comment optimiser son allocation patrimoniale ? Par le choix des meilleurs produits d’épargne : la meilleure assurance-vie pour les fonds euros, le bon courtier pour le PEA, la meilleure assurance-vie en gestion pilotéeles meilleures SCPI.

Dans cet article, nous nous focaliserons sur la base, à savoir l’allocation patrimoniale que vous allez viser (le premier point). A noter : cette allocation est déterminée par votre tempérament, mais aussi vos projets. Par exemple, n’investissez pas une somme en actions si vous comptez sur cette somme pour acheter votre résidence principale dans 1 an. À l’inverse, ce serait dommage d’être trop frileux et de ne pas oser investir à long terme ce qui peut l’être. Donc placer à moyen terme ou long terme sur livret A est un beau gâchis. Par conséquent, prenez du recul et réfléchissez à votre horizon de placement pour placer efficacement avec la meilleure allocation patrimoniale.

 

Compartimentez votre patrimoine selon votre horizon de placement.

  • Court terme : épargne de précaution en livret A et/ou LDDS. Éventuellement les fonds euros que l’on peut racheter en moins de 72h, comme sur l’assurance-vie Linxea Vie.
  • Moyen terme : assurance-vie en fonds euros.
  • Long terme (plus de 7 ans) : actions et immobilier. Diversifiez facilement avec les trackers et les SCPI.

 

Diversifiez votre patrimoine sur les grandes familles d’actifs.

  • Le monétaire : livret A, LDDS, autres livrets. Les français adorent, mais il faut se contenter du minimum (3 mois de dépenses maximum en guise d’épargne de précaution) car le rendement est ridicule, souvent sous l’inflation.
  • Les fonds euros d’assurance-vie : ce sont en réalité des obligations (dettes d’États européens). Il s’agit du placement préféré des français : les fonds euros ne présentent pas de risque de perte en capital et le rendement est supérieur au livret A.
  • Les actions : vous êtes propriétaire de parts d’entreprises. Plutôt que de jouer au casino ou au PMU en cherchant le bon cheval sur qui miser, nous recommandons une allocation de trackers en PEA et les assurances-vie en gestion pilotée. La rentabilité historique des actions est excellente : 7% par an en moyenne lissée, au prix d’une volatilité à supporter (les cours peuvent fluctuer à la hausse et à la baisse).
  • L’immobilier : vous pouvez être propriétaire de votre résidence principale, d’investissement locatif, de pierre-papier SCPI, d’actions SIIC, etc. Les moyens d’investir en immobilier sont nombreux, comparez les solutions. La pierre-papier SCPI permet d’investir facilement dès 500 € en diversifiant, en assurance-vie ou non, en empruntant ou non. Attention, l’immobilier aussi est volatil. Vous ne le percevez pas car votre appartement ou vos SCPI ne sont pas cotés en bourse, et pourtant la volatilité est réelle, donc les perspectives de plus-values ou moins-values également.
  • L’exotique : les matières premières (or), les placements plaisir (vin, montres, voitures de collection), les crypto-monnaies, etc. On est ici dans le spéculatif : maximum 5-10% de votre patrimoine.

 

L’allocation patrimoniale idéale.

Comment bien placer son argent ? Finalement, la répartition de votre patrimoine vous est propre. Il n’y a pas de répartition idéale toute faite, bonne pour tout le monde. Vous devez réfléchir à votre horizon de placement et adapter votre allocation d’actifs en conséquence, modulo votre tempérament et votre niveau d’appréhension aux risques.

Ceci dit, il y a des constantes, vous venez d’apprendre plusieurs points clés :

  • vous savez sur quels actifs diversifier,
  • vous savez qu’investir à long terme sur les bons supports est plus rémunérateur,
  • les meilleurs produits d’épargne sont les meilleurs produits pour tous (le meilleur fonds euros est accessible à tous).

Pour illustrer le résultat de 3 stratégies patrimoniales, nous allons vous présenter 3 allocations d’actifs différentes. Vous pourrez vous sentir plus proche d’une répartition de votre patrimoine ou d’une autre.

 

La pyramide de Maslow appliquée à l’épargne : 3 exemples d’allocations patrimoniales.


La pyramide de Maslow est une illustration très connue qui représente la hiérarchie des besoins. Nous pouvons l’appliquer également à l’épargne en hiérarchisant les actifs. Nous représentons ici en premier un patrimoine avec une allocation équilibrée. Un patrimoine défensif comportera trop d’épargne de précaution et pas assez d’actions et d’immobilier, cela donnera un rendement tiré vers le bas donc moins de revenus générés par votre patrimoine.

La résidence principale constitue le socle de la pyramide : achat ou location, c’est avant tout un choix de vie.

Nous nous focaliserons donc sur la pyramide elle-même, c’est à dire l’argent que vous pouvez placer :

  • A la base, on retrouve l’épargne de précaution qui doit être faible.
  • Plus on monte dans la pyramide et plus l’espérance de gain est élevée en contrepartie d’investir à plus long terme, d’où l’importance de connaître votre horizon de placement quand vous placez. D’abord les fonds euros, puis les actions et l’immobilier.
  • La pointe de la pyramide (les placements exotiques) doit représenter une part marginale de votre patrimoine, c’est de la pure spéculation.

 

Allocation patrimoniale équilibrée.

On peut s’attendre à un rendement moyen de 4% par an.

 

Vous avez le minimum nécessaire en épargne de précaution : l’équivalent de 3 mois de dépenses sur votre livret A. Pour le reste, vous avez alloué votre patrimoine ainsi :

  • 45% en fonds euros en assurance-vie : investissement sécurisé, pas de risque de perte en capital. Les meilleurs fonds euros ont rapporté 3% en 2017. Vous avez diversifié sur les meilleures assurances-vie : Linxea Avenir, Linxea Spirit et Boursorama Vie.
  • 25% en actions : investissement plus volatil avec meilleure espérance de gain sur le long terme. Privilégiez une allocation de trackers en PEA et les assurances-vie en gestion pilotée.
  • 25% en immobilier : vous n’avez pas le temps ni les moyens pour acheter et gérer plusieurs appartements. La « pierre-papier » vous a permis de diversifier sur plusieurs SCPI (plusieurs sociétés de gestion et diversification entre immobilier résidentiel / commerces / bureaux en France et Europe).
  • 5% en « exotique » : vous avez quelques Louis d’or, transmis de père en fils.

Précédemment, nous vous avons expliqué qu’il n’y a pas d’allocation d’actifs idéale. Mais ici, nous sommes proches de la répartition idéale pour la plupart des français. Comme son nom l’indique, cette allocation est équilibrée, saine, bien diversifiée et proportionnée. De plus, vous avez optimisé en choisissant pour chaque actif les meilleurs produits. On pourrait aussi la définir comme une allocation « bon père de famille » : cette répartition permet de répondre aux urgences imprévues (épargne de précaution), tout en anticipant les projets plus éloignés (études des enfants, achat immobilier, retraite, etc.). Vous investissez sereinement en fonds euros à capital garanti, tout en profitant des performances long terme de l’immobilier et des actions pour tirer le rendement global de votre allocation vers le haut.

 

Allocation patrimoniale (trop) défensive.

On peut s’attendre à un rendement moyen de 1% par an.

Vous remarquerez que cette allocation est barrée : c’est souvent le choix d’allocation des français, mais ce n’est pas pertinent. D’une part, vous n’avez pas pris le temps d’organiser votre allocation d’actifs et d’autre part, vous n’avez pas optimisé en comparant les produits d’épargne. Vous avez placé 50% de votre patrimoine en livrets et 50% en fonds euros d’assurance-vie. Allocation très défensive et « court-termiste » : répartition trop défensive si vous voulez épargner pour des projets qui surviendront dans plus de 4 ans. De plus, vous avez choisi une mauvaise assurance-vie qui vous prélève 3% de frais à chaque versement, pour un rendement 2017 inférieur à 1,50%.

Rassurez-vous : il est toujours temps d’y remédier, de comparer les produits d’épargne et de vous mettre sur les bons rails pour générer plus de revenus grâce à votre patrimoine.

 

Allocation patrimoniale (trop ?) dynamique.

On peut s’attendre à un rendement moyen de 7% par an.

Attention, une telle allocation n’est pas à la portée de tout le monde. Il faut d’une part pouvoir investir à long terme, d’autre part avoir assez de « mental » et de discipline pour supporter la volatilité et bien respecter les règles d’investissement en actions. Par exemple, cette allocation peut convenir à quelqu’un qui a acheté sa résidence principale, et qui veut maintenant placer pour sa retraite à horizon 20 ans.

L’épargne de précaution est réduite au strict minimum. Le propre d’une allocation dynamique est d’être très investie en actions. En effet, c’est l’actif historiquement le plus rentable à long terme : +7% en moyenne annuelle lissée, grâce à la croissance des principales économies (États-Unis en tête). Mais il faudra avoir le cœur bien accroché pour supporter la volatilité : pas de panique lors des années de correction à -20% et pas d’euphorie quand les marchés financiers montent de +20% par an. Avec cette allocation dynamique, pas de fonds euros d’assurance-vie pour amortir les chocs. Stratégie « buy and hold » sur la période de placement long terme.

Vous avez organisé cette allocation patrimoniale car vous pouvez investir à long terme, soit. Cela étant, optimisez-là : ne partez pas à l’aveugle sur quelques actions en priant pour avoir une surperformance par rapport aux indices (CAC40, S&P 500, etc.). Au contraire, il est plus raisonnable de privilégier la gestion passive : en trackers sur PEA, ou en assurance-vie en gestion pilotée en mandat offensif. Ainsi, ce sera moins chronophage car vous serez en pilotage automatique, et moins risqué car les trackers et la gestion pilotée sont par définition très diversifiés. Par exemple, un tracker World est investi sur plus de 1 600 entreprises aux États-Unis, en Europe et en Asie.

 

Le résultat de votre allocation patrimoniale.


Avec le temps, même un rendement légèrement meilleur entraîne une augmentation significative du patrimoine.

 

La différence de résultat (patrimoine atteint) est significative selon l’allocation patrimoniale choisie.

 

Pour un même capital de départ (50 k€) et un même effort d’épargne de 500 € par mois :

  • La courbe grise représente l’allocation défensive avec des livrets et un mauvais fonds euros d’assurance-vie. En plaçant mal (rendement 1%), votre capital progresse mais vous restez dans la catégorie sociale « classe moyenne » avec un patrimoine de 277 k€ après 30 ans.
  • La courbe jaune représente l’allocation équilibrée (fonds euros, immobilier et actions). Avec cette allocation bien organisée et bien optimisée (rendement 4%), on voit plus nettement l’effet des intérêts composés. Vous changez de catégorie, vous vous hissez dans la « classe moyenne supérieure » avec 505 k€ de capital après 30 ans.
  • La courbe orange représente l’allocation dynamique (100% actions). Si vous pouvez investir 500 € par mois à long terme en actions avec un rendement annualisé de 7%, l’effet boule de neige est très puissant. Vous êtes directement propulsé dans la « classe aisée » (9ème décile de la population) avec 967 k€ de capital après 30 ans.

 

Un patrimoine placé à x% va doubler en combien de temps ?

  • Placé à 1% : le capital double en 70 ans.
  • Placé à 2% : le capital double en 35 ans.
  • Placé à 3% : le capital double en 24 ans.
  • Placé à 4% : le capital double en 18 ans.
  • Placé à 5% : le capital double en 14 ans.
  • Placé à 6% : le capital double en 12 ans.

 

Bilan : que retenir de l’allocation d’actifs ?

Attention, nous ne sommes pas en train de vous dire de placer 100% de votre épargne en actions. Nous souhaitons simplement vous sensibiliser sur l’importance de votre allocation patrimoniale et vous faire réfléchir. Pour un même effort d’épargne mensuel, votre patrimoine à terme peut être du simple au quadruple ! Vos revenus et votre capacité d’épargne c’est une chose, mais organiser et optimiser votre épargne fera toute la différence dans la réalisation de vos projets et pour votre niveau de vie à la retraite. C’est à vous de décider selon votre tempérament, votre capacité d’épargne et vos projets : combien investir à court terme, à moyen terme et à long terme.

Par ailleurs, il y a un enseignement que l’on peut en tirer en adoptant une vision plus macroéconomique. Ainsi, on comprend également pourquoi les plus modestes s’appauvrissent (agios et pas la capacité d’épargne pour investir), la classe moyenne voit son patrimoine progresser modérément (achat de la résidence principale et patrimoine financier majoritairement investi en livret A et fonds euros), et les riches sont de plus en plus riches avec une forte hausse de leur patrimoine ces dernières années (forte capacité d’épargne et patrimoine surtout investi en actions). Ainsi, les 500 plus grandes fortunes Françaises ont multiplié leur patrimoine par 3 en 10 ans : il atteint le record de 650 milliards d’euros.


Cet article a initialement été publié sur le blog d’ADI. Pour le consulter, cliquez ici

Chargement...